Je ne suis pas ce qu’on peut appeler une poule mouillée. Je ne suis pas spécialement peureuse. Sauf…quand je me monte la tête, là ça part en live, je peux facilement péter un câble. Trois exemples pour illustrer mes dires:

– en 2001, j’ai lu L’ombre de Janus de Laurent Scalèse,. A l’époque, je travaillais pour France Loisirs à Paris, et nous allions recevoir l’auteur pour une dédicace. Il fallait donc que je lise son livre, pour ne pas paraître totalement idiote si nous étions amenés à discuter. Ca tombait bien, j’aimais les thrillers. C’est l’histoire d’un tueur en série qui tuent des femmes à Versailles, de façon particulièrement atroce. Je l’ai lu en deux jours, j’ai pas dormi pendant un mois… Moi qui suis claustro et qui ne prenais jamais l’ascenseur pour rentrer dans mon appart, je n’ai plus jamais pris les escaliers depuis la lecture de ce bouquin. J’ai adoré, vraiment! mais p**** j’ai flippé mais, vraiment flippé! Je suis depuis ce jour fan des livres de Laurent Scalèse, qui a d’ailleurs participé  à l’écriture de la série CHERIF, sur France 2.

-en 2011, j’ai profité du printemps du cinéma pour aller voir le film Polisse de la très talentueuse Maïwenn (ouais je suis grave fan de cette nana)

LE CHOC !!! Pour ceux d’entre vous qui ont vu ce bijou, vous savez de quoi je parle. Je n’ai pas eu peur comme dans lors de la lecture de Janus, mais ce film m’a profondément bouleversé. Vraiment bouleversé. Je venais de bannir la télévision de mon environnement parce qu’elle me rappelait la laideur de notre monde. Ben j’ai pas été déçue du voyage… un concentré d’horreurs puisque nous suivons les membres de la brigade des mineurs de Paris dans leur travail quotidien. Je suis sortie de la séance à plat, vidée, j’ai pleuré pendant des jours, des heures. Et je n’étais pas encore maman à l’époque, je n’imagine pas le revoir aujourd’hui, je pense que je décède avant la fin…

-hier, février 2018, BigBoss a voulu regarder le film SK1. Ca ne vous dit rien, c’est normal. Si je vous dis Guy Georges, le tueur de l’Est Parisien, là déjà ça devrait plus vous parler non? SK1 pour serial killer N°1 dont on avait le code génétique dans les fichiers. Cette [sous merde] a violé et massacré 7 femmes de façon atroce. Il a fait 21 victimes dans toute sa carrière de psychopathe. Le film retrace l’enquête de façon remarquable. Les protagonistes sont complètement pris dans cette histoire qui aura duré 7 ans d’investigation. Les policiers du 36 quai des Orfèvres ne vivaient que dans l’optique d’arrêter ces horreurs. A chaque nouvelle victime, on replonge un peu plus dans l’horreur. J’imagine même pas la psychose à Paris dans les années 90…moi qui n’a même pas pu aller faire pipi la nuit tellement j’ai flippé. Je ne sais d’ailleurs pas comment je vais aller jusqu’à ma voiture demain matin pour aller jusqu’à France Bleu…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *