C’est avec beaucoup de fierté que je vous partage aujourd’hui cette interview. Parce que ces deux femmes se sont rencontrées grâce à notre réseau Hey les filles! c’est jeudi… et qu’elles ont par la suite travailler ensemble pour nous offrir un véritable petit bijou : Virevolte ! Un sublime ouvrage qui mêle poésie, photos et illustrations. Tout cela made in Auvergne, bien évidemment. Voici l’entrevue qu’ont bien voulu m’accorder Virginie Bonnier de Ninie et Compagnie et Margaux Chastenet des Editions Il était une fois l’Auvergne.

 

Margaux Chastenet

Virginie Bonnier

1- Pouvez vous vous présenter en quelques mots?
Margaux :

J’ai 27 ans, originaire de Lyon, je vis depuis maintenant 4 ans en Auvergne. Je suis illustratrice, designer de formation, passionnée par les métiers artistiques et créatifs, et je développe depuis 3 ans mon activité d’illustration et de conception sous la marque éditoriale Il était une fois l’Auvergne ®. C’est une activité dans laquelle je m’investis à 150% et pour laquelle j’essaie d’être très présente, c’est pourquoi je participe à de nombreux événements, et je réseaute beaucoup.

Virginie: 

Je m’appelle Virginie Bonnier , j’ai 40 ans, 3 enfants. Cela fait maintenant 7 ans que je travaille à mon compte. Ninie et compagnie a connu 2 statuts , l’auto entreprise au démarrage , et maintenant l’association dont je suis salariée , mais qui , je l’avoue sans peine , est gérée à la manière d’une entreprise , c’est à dire assez autonome ( le bureau de l’association sont des proches). L’association œuvre depuis son démarrage dans le milieu de la toute petite enfance (moins de 3 ans) , ma formation initiale n’y étant pas étrangère car je suis éducatrice de jeunes enfants. Le monde de l’album jeunesse me passionne dans mon métier , dans mon univers personnel . Enfin , j’ai hérité de mon papa une passion pour l’écriture avec une très grande facilité et un immense plaisir tout particulièrement pour la poésie (que les moins de 6 mois affectionnent beaucoup) , même si je m’essaie aussi aux nouvelles.

 

2- Comment vous êtes vous rencontrées?
Margaux:
J’ai rencontré Virginie lors d’une soirée Hey les filles. Je venais juste y faire un tour, c’était l’une de mes premières participations, donc je venais sans but précis, voir si je trouverais des personnes intéressantes avec qui discuter. J’ai fait un tour des stands qui était exposés, j’avais vu celui de Virginie, mais elle présentait son livre sur la grossesse, donc je ne pensais pas vraiment avoir un lien avec elle. Finalement, c’est toi, Emmanuelle, qui m’a dit d’aller la voir car elle écrivait. Alors sans trop savoir, j’ai attendu qu’il y ait moins de monde pour approcher Virginie, et d’une discussion relativement banale de présentation, a suivi un échange sur l’écriture, et notamment l’écriture jeunesse car j’avais déjà en tête de développer un projet jeunesse pour ma marque. De fil en aiguille on s’est vite aperçu qu’on avait pas mal de contacts en commun (notamment d’autres illustrateurs), et donc on s’est dit qu’on se recontacterait car Virginie avait une idée dans les tiroirs qui pouvait potentiellement m’intéresser.
Virginie : 
Nous nous sommes rencontrées lors d’un “hey les filles c’est jeudi” . J’étais exposante pour mes 2 premiers livres (un adulte, un enfant) et Margaux est venue discuter avec moi . Je crois que cela a accroché tout de suite. J’ai adoré le concept de la maison d’édition. Moi qui ne suis pas une auvergnate de souche, je suis une véritable amoureuse de la région.
3- Est ce un coup de cœur professionnel immédiat? A quel moment avez vous décidé de bosser ensemble?
Margaux: 
Je ne sais pas si on peut parler de coup de cœur, mais en tous cas pour ma part un réel intérêt et une curiosité au départ de voir ce que Virginie pouvait me proposer. Et finalement j’ai bien fait, car quand nous nous sommes revues pour qu’elle me présente son idée, j’ai complètement adhéré. C’est là qu’on a vraiment pris la décision de bosser ensemble sur ce fameux projet que je proposais d’éditer. Il a simplement fallu qu’elle fasse le lien avec Steeve, le photographe avec qui la collaboration existait déjà, et dès qu’ils ont été d’accord tous les deux, après quelques échanges de mails, c’était parti je prenais en charge le projet !
Virginie:
Dès le soir où nous nous sommes rencontrées nous avons évoqué la possibilité de travailler ensemble … Alors peut-être peut-on appeler cela un coup de cœur , oui 🙂
4- Comment est né votre projet? Qui en est l’instigatrice?
Margaux:  
L’idée originale vient de Virginie, c’est un projet qui avait déjà été bien travaillé avec Steeve, car ils l’avaient présenté au concours “Ouvrez les livres aux bébés”. Mais leur proposition n’ayant pas été retenue, c’est une édition qui est restée de côté, jusqu’à ce que Virginie m’en parle lors de la soirée Hey les filles. Comme ça collait avec ce que j’avais envie de produire à ce moment là, je lui ai dit que ça m’intéressait -si les deux co-auteurs de départ étaient d’accord- de reprendre le projet en y ajoutant ma pâte (illustration et mise en page) et de l’éditer sous ma marque Il était une fois l’Auvergne ®. Comme on est tous tombé d’accord assez vite, ça s’est poursuivi dans ces conditions.
Virginie:
Lors de notre premier échange et la présentation des éditions “il était une fois l’Auvergne” , j’ai immédiatement pensé à un projet sur lequel j’avais travaillé plus d’un an auparavant avec un photographe (Steeve Hans) et que nous avions présenté au concours “ouvrez ouvrez les livres aux bébé” (pour le livre offert aux bébés du Puy de Dôme à leur naissance) , et qui depuis était resté dans un placard … Attendant fort probablement la divine apparition de Margaux !! Je l’ai fait parvenir au format numérique à Margaux , et elle m’a dit ” J’aime beaucoup la trame, je veux bien l’éditer , mais je veux y rajouter ma patte d’illustratrice” … et c’est là que commence la conception de notre merveilleux bébé livre.
 
5- Présentez nous votre bébé alors?
Margaux: 
Virevolte, c’est une poésie au fil des paysages auvergnats qui mêle textes, illustrations et photos. C’est un ouvrage paysage qui évolue tout au long du livre en suivant le cycle des saisons, et qui évoque symboliquement le cycle de la vie, comme ce qui est évoqué dans la narration. C’est un vrai travail poétique qui combine nos trois domaines de compétences. Je suis très contente du résultat, car l’illustration que j’ai apporté au projet fait vraiment le lien entre le texte et l’image qui préexistaient, et c’est ce qui plaît aux gens.
Virginie: 
“Virevolte” est un ouvrage mêlant poésie , photos et illustrations . C’est l’histoire d’une akène de pissenlit qui se promène à travers les paysages auvergnats. Ce livre a été conçu au commencement pour les touts petits bébés (le concours pour le livre de naissance) mais finalement son esthétisme séduit les petits et les grands. Les illustrations de Margaux ont véritablement magnifié le projet . L’illustration se prolongeant avec /dans la photo donnant cette sensation de panoramique , le texte est aussi mis en valeur car finalement Margaux a su donner un mouvement à l’image qui débute par le texte. Je pourrais en écrire des pages , mais je crois que le mieux , c’est de l’avoir dans les mains !!
6- Combien de temps vous a t’il fallu pour le mener à terme?
Margaux: 
Relativement peu de temps pour un livre, quelques mois seulement entre notre première rencontre avec Virginie et la parution de Virevolte. En réalité ce qui a été le plus long c’est d’arriver à fixer une réunion de travail à 3, avec nos agendas respectifs surchargés… 🙂 Comme le projet existait déjà, c’est surtout ma partie d’illustration et de mise en forme de ce qui m’avait été confié qui a été la plus longue. J’y ai beaucoup travaillé pendant près de 2 mois avant que l’on valide définitivement tous les trois, et que l’ouvrage parte à l’imprimerie.
Virginie:
Et bien visiblement moins d’un an , car je viens de voir dans mes archives de messages échangés avec “hey les filles c’est jeudi” que j’ai exposé le 25/01/18 . Notre bébé livre est né le 15/11/18 . Il a fallu des rencontres , des échanges et tout le talent de Margaux 🙂
 
7- Conseillez vous le réseau Hey les filles! c’est jeudi…. et pourquoi?
Margaux:
Oui bien sûr ! Ne serait-ce que par curiosité, c’est toujours intéressant de voir ce qui se fait, quelles créatrices sont présentes pour exposer, et quelles personnes on peut croiser… C’est sûr que le réseautage n’est pas toujours évident au début, on ne sait pas toujours comment aborder les gens pour leur parler etc., mais je suis convaincue que c’est essentiel dans la vie professionnelle, mais pas que ! Donc il faut se lancer, et se dire qu’on est toute dans le même cas dans ce genre de soirée. Et puis, dans mon cas, grâce à l’une des co-organisatrices (toi donc, Emmanuelle) qui a su me guider vers la bonne personne, j’ai été mise en relation avec Virginie. Et voilà le résultat aujourd’hui… plutôt pas mal !
Virginie: 
Je le conseille , bien entendu . Car grâce à ces soirées , je me suis crée un réseau de contacts avec qui je collabore de manière plus ou moins visible .  Je crois qu’il est important , quand on travaille à son compte , de nouer des contacts avec d’autres personnes indépendantes . Lorsque l’on démarre , on peut profiter du réseau des personnes plus expérimentées , lorsque l’on est expérimentée , avoir la joie de se faire des nouvelles relations et d’échanger avec des petites “jeunes” !
Pour vous procurer Virevolte, c’est par ici
Un grand merci à vous les filles 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *