Qu’est ce que l’émétophie

J’ai commencé à avoir peur de vomir vers 15 ans. Non pas que j’aimais ça avant… d’ailleurs, cela ne m’arrive quasiment jamais !

J’avais juste peur que ça puisse arriver. Cette phobie peut prêter à sourire, quand on n’y est pas confronté soi-même ou quand on n’est pas un proche d’une personne émétophobe.

Dans les faits, cette phobie prend toute la place dans la vie du phobique, et par extension, dans la vie de son entourage. J’imagine comme toutes les phobies… Plus intense en hiver, avec les épidémies de gastro entérite, cette phobie me faisait vivre un cauchemar permanent.

Comprendre les causes

Ça a commencé au lycée, quand je suis partie vivre chez ma grand mère maternelle. Je n’évoquerai pas ici les raisons du déclenchement, elles peuvent être tellement multiples selon les personnes que cela n’aurait pas d’intérêt. Mais j’ai réussi à identifier la cause, et je pense que cela peut aider dans le processus de guérison. A l’époque, j’avais une amie atteinte de la maladie de Crohn, et elle avait souvent (tout le temps) envie de vomir. C’était une de mes meilleures copines et donc j’étais tout le temps à côté d’elle en cours. Elle souffrait, et moi je souffrais parce que j’avais tellement peur qu’elle vomisse devant moi, c’était un vrai supplice. J’étais tiraillée entre l’envie d’être avec elle et l’envie de m’en éloigner le plus possible. Sacré dilemme…

Je suis ensuite partie vivre à Paris… Ah! Paris ! son métro…ses microbes !!! Ce fût pourtant la période la plus heureuse de ma vie même si c’est aussi la période où la phobie était à son paroxysme.

Comment cela se traduit

Cela ne m’a jamais empêché de manger, je n’ai bizarrement eu aucun trouble alimentaire à cause de mon émétophobie, alors que c’est souvent le cas.

J’avais juste peur en continu… C’était épuisant. J’avais peur de voir quelqu’un vomir devant moi, peur de vomir moi même. Même de prononcer ou d’écrire ce mot V O M I R m’était impossible il y a encore 4 ans. J’ai bon nombre d’anecdotes comme toutes les fois où j’ai bien regardé les personnes à côté de moi dans le métro, en essayant de savoir s’ils étaient malades ou pas, s’ils allaient vomir ou pas. En 7 ans à Paris, ce n’est arrivé qu’une fois, et j’ai bien cru que j’allais mourir. La fille avec moi dans le bus bondé à juste eu le temps de sortir pour faire son affaire dehors. J’étais pétrifiée.

Il y avait zéro alcool à la maison et les copains n’en buvaient pas (peu, très peu) de façon à ne pas être malade. Moi je ne buvais pas une goutte d’alcool. Je n’ai jamais fumé de shit de ma vie aussi à cause (grâce) de ma phobie. J’avais peur en avion, mais par contre, cela ne m’a jamais empêché de voyager.

Au maximum de la phobie, je ne pouvais plus sortir de chez moi. Je suis restée cloîtrée un certain temps…et si mon amoureux de l’époque ne m’avait pas forcé à sortir prendre l’air, faire les courses, à vivre tout simplement, j’y serai peut être encore ! Quel enfer j’ai dû lui faire vivre…

La guérison

Quand je suis devenue maman, j’ai dû prendre le taureau par les cornes. Avec le recul, je pense que si je n’ai pas été maman plus tôt, c’est en partie à cause de cette phobie… Quand mon fils est né, j’ai du faire face aux reflux (très courants chez les nouveaux nés…) J’ai dû faire face à une terrible gastro entérite qui l’a amené à passer 24 heures aux urgences pédiatriques quand il avait cinq mois. Une autre gastro entérite quand il était plus grand m’a obligé à faire appel à une tierce personne (mon mari était bien évidemment en déplacement … le truc qui n’arrive jamais, sauf quand il ne faut pas !) pour gérer car cela m’était impossible.

Et puis on m’a parlé de l’hypnose ericksonienne… Après de longues années de détresse, j’avais peut être une fenêtre ouverte sur la guérison. J’ai testé, je n’avais pas grand chose à perdre si ce n’est le prix de la consultation.

M I R A C L E.

En deux séances, c’était réglé ! Enfin, presque, disons que cela n’a plus rien à voir avec ce que c’était avant ! Pour vous dire…. la dernière fois que mon fils a été malade, j’ai même mis mes mains pour récupérer son vomi, chose totalement impensable il y a encore 4 ans … Je ne saurais donc que vous conseiller cette méthode qui m’a personnellement clairement sauvé la vie !

6 commentaires

  1. La maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique sont des maladies inflammatoires chroniques intestinales. La différence entre ces deux maladies se situe sur la partie de l’intestin, gros intestin concernant la première et petit intestin pour la seconde. Dans les deux cas, cela se caractérise principalement par des crises de douleurs abdominales et de diarrhées sanglantes, d’hémorragies, ET NON de vomissements. Les crises de RCH s’accompagnent de fatigue, amaigrissement, anémie, dénutrition. L’origine de cette maladie est inconnue, en revanche elle se manifeste chez moi lors de moments d’angoisse.
    En ce qui me concerne, je n’ai JAMAIS eu de nausées et de vomissements associés à cette maladie….

    1. Author

      J’ai le souvenir que tu avais souvent envie de vomir, ce qui me pétrifiait 🙂 du coup, ce n’était pas lié à ta maladie!

  2. Bonjour
    Je vous ai écrit sur un post de Facebook mais comme je n’ai pas eu de réponse j’essaye ici. Je crois deviner que vous êtes en Europe ? J’ai besoin d’une référence pour l’hypnose ericksonienne svp !!
    Merci de votre aide et votre texte !

    1. Author

      Bonjour Sabrina! Des réferences, j’en ai mais pour l’Auvergne. Il faut se tourner vers un hypnothérapeute 🙂

  3. Coucou !

    Je met rarement des commentaires sur les blogs mais je tenais à te remercier pour ton témoignage positif ! C’est trop rare ! Bien souvent quand on chercher à se rassurer on tombe sur des forums où les personnes ne font que s’échanger des astuces pour ne pas avoir la gastro ou ne pas vomir… bref, que des trucs anxiogènes qui nourrissent cette p***** de phobie et n’aident pas à la combattre. Moi ce que je veux, c’est être capable d’être là pour mes enfants, ne plus me pourrir la vie pour un truc qui arrivera peut être et ne pas être obsédée par cette éventualité, et voir dans un monde parfait, ne plus avoir peur du tout ^^. Bref, je veux une vie normale avec le vomi ^^’. J’ai entamé les démarches pour me faire aider dans ce combat et j’espère pouvoir dire fièrement un jour comme toi que j’étais là pour mon fils malade, et même pas peur !

    On n’a qu’une vie, ne laissons pas nos peurs la gâcher !

    Bonne continuation 🙂

    1. Author

      Coucou! Merci à toi pour ce message. Je suis heureuse de voir que mon article te rassure et oui, la vie est vraiment trop courte pour être gachée par un truc qui n’arrive probablement pas 🙂 Bon courage et donne moi de tes nouvelles !

Répondre à Lananalambda Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *